Catégories
Salle des archives des missives de la Saison 1

Quand le Gard Bouad la tasse

Le pays maudit » Missives de la Saison 1 » Quand le Gard Bouad la tasse

Tout commence le 1er avril lorsque Jean Denat à cheval va rejoindre son ami, son camarade, Denis Bouad qui lui fidèle à son tracteur s’est garé en triomphateur dans la cour du conseil départemental.

Les premiers mots furent chaleureux.
Jean: « Denis un whisky ? »
Denis : « Oui mets moi un doigt »
Jean (agacé): « Encore ? non !!!! »
Denis (surpris): « Mais enfin Jean, entre amis on parle d’un doigt de whisky… ».
Après ces échanges d’amabilités vient le temps des choses sérieuses .
Jean: « Où est Damien ? »
« Ben la tu me vois pas ? » répond Denis.
Jean en fixant le ventre de Bouad : « Non le vrai, pas le ventriloque »
Denis : « Ah d’accord il a mis son petit pull marine et il est parti à Pompignan au bord de sa piscine, haut lieu de réflexion. Il prépare avec Fabrice et Nathalie les régionales. J’espère seulement qu’ils ne vont pas toucher le fond. »

Vient le temps d’un échange plus technique. Jean Denat explique à Bouad qu’il doit incarner le parti socialiste au perchoir du conseil départemental.

Si Denis n’a pas de projets, il a une sacrée truffe pour flairer les bonnes gamelles

Bouad écoute, fronce les sourcils et connecte en déclarant :

« Alors si je comprends bien, je suis le chef après Damien ? !
Donc je peux soutenir une liste opposée au PS comme à Uzes lors des municipales 2014.
Continuer à ne pas payer mes cotisations élus, demander une indemnité supplémentaire de 1000 euros comme j’ai demande à la Segard et faire campagne à Blauzac futur Pompignan sans la piscine pour gagner toutes les élections ? ».

Devant un programme si parfait (sauf l’histoire de la piscine et un vieux passage entre Denis et Verdier qui en 2012 l’avait bien aidé à perdre la communauté de commune pour faciliter Chapon, mais nous reviendrons plus tard sur la vie et l’œuvre de Verdier) Jean manque de s’étouffer.

« Denis, tu es mon maître !
Pendant des semaines j’ai sillonné tout le département (sauf Tresques) pendant que toi tu restais siroter à la terrasse du Progrès… et bim tu es le grand gagnant!
Quel nez et qu’elle truffe je suis ! »

« Ah ah ah je sais » répond Denis « Je suis en filiation direction avec le roi AlarHips descendant d’un quelconque roi fainéant. Eh oui pourquoi faire quand on sait pas, pourquoi réfléchir quand on peut pas autant construire avec un sourire et deux cents mots à son vocabulaire! »

Le point fort de Denis Bouad : il sait tout prendre en fainéant feignant de comprendre son rôle

Souvenons nous du talent de Denis lors des conférences éco,ses idées…le néant, son projet….le désert, sa force….les cafés croissant.
Ensuite les tribulations de Denis à Habitat du Gard, s’occuper ou du moins vérifier que le salaire mensuel de 11000 € de son directeur soit viré le 1er du mois et que les copains aillent bien.
Après le fond, les querelles avec les locataires, les impayés, la rénovation, les projets, la vie de Louise… c’est pas son truc.

Le véritable point fort du nouveau président du conseil départemental c’est que depuis 11ans il sait tout prendre (poste, avantages, indemnités….) en fainéant euh pardon feignant de comprendre son rôle.

En conclusion de cet entrevue déterminante pour l’avenir de notre département Jean Denat (dit le déchu) lui pose deux questions, Pissas et sa vision du territoire.
Pour Pissas c’est simple si la Grèce est en quasi faillite, Pissas lui doit être servi grassement afin que la PME socialo communiste évite la banqueroute et que de nombreux élus soient obligés pour la première fois de leur vie de trouver un vrai travail et soient confrontées à la réalité (on ne parle pas que de Suau).

Enfin pour Denis la vision du territoire gardois est simple : « la mer et la Camargue au sud, le Rhône à l’est,les arènes à Nîmes et les Cévennes au nord ».
Devant de tels bons maux Jean se mît à crier: « Champagne je te laisse le bureau, mais j’ai une faveur je pourrai revenir au Conseil Départemental voir Katy au service juridique. Elle s’ennuie car il y a pas beaucoup d’images ! »
« Bien sur Jean » répond Denis « maintenant que tu as du temps profites en… ».

En conclusion si Denis n’a pas de projet, pour flairer les bonnes gamelles il a au moins du nez !!!

Archives de Gard-Gamelles saison 1

21 avril 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *